Anatomie de l’artère fémorale humaine

A. femoralis, artère fémorale , est une continuation du tronc de l’artère iliaque externe, tirant son nom de l’endroit où elle passe sous le ligament inguinal à travers la lacuna vasorum près du milieu de ce ligament. Pour arrêter le saignement, l’artère fémorale est pressée à l’endroit de sa sortie vers la cuisse jusqu’à l’os pubien. Médialement à partir de l’artère fémorale se trouve la veine fémorale, avec laquelle elle passe dans le triangle fémoral, allant d’abord au sulcus iliopectineus, puis au sulcus femoralis anterior, puis pénètre à travers le canalis adductorius dans la fosse poplitée, où elle continue dans un . poplité.

Succursales A. fémoral :

  1. A. epigastrica superficialis, l’artère épigastrique superficielle, part au tout début de l’artère fémorale et passe sous la peau jusqu’au nombril.
  2. A. circumflexa ilium superficialis, l’artère superficielle qui enveloppe l’ilium, va à la peau dans la région de la spina iliaca antéro-supérieure.
  3. Ah. pudendae externae, les artères pudendales externes, partent dans la zone du hiatus saphène et vont aux organes génitaux externes (généralement deux d’entre eux) – au scrotum ou aux grandes lèvres.
  4. A. profunda femoris, l’artère profonde de la cuisse, est le vaisseau principal par lequel la cuisse est vascularisée. C’est un tronc épais qui s’étend de l’arrière d’un. femoralis 4-5 cm sous le ligament inguinal, se trouve d’abord derrière l’artère fémorale, puis apparaît du côté latéral et, dégageant de nombreuses branches, diminue rapidement de calibre. Succursales A. fémorale profonde :
    1. un. circumflexa femoris medialis, se dirigeant médialement et vers le haut, donne des branches à m. pectiné, menant aux muscles de la cuisse et à l’articulation de la hanche ;
    2. un. circumflexa femoris lateralis part un peu plus bas que le précédent, va vers le côté latéral sous w. rectus, où il est divisé en ramus ascendens (monte et latéralement vers le grand trochanter) et ramus descendens (se ramifiant en m. quadriceps) ;
    3. aa. perforantes (trois) partent de la face postérieure de l’artère profonde de la cuisse et, perforant les muscles adducteurs, passent à la face postérieure de la cuisse; la première artère perforante donne à la cuisse l’artère supérieure alimentant la cuisse (a. diaphyseos femoris superior), et la troisième – l’inférieure (a. diaphyseos femoris lower); a.a. perforantes sont d’une importance primordiale lors de la ligature de l’artère fémorale en dessous du niveau d’origine de l’artère fémorale profonde.

    Quels médecins contacter pour l’examen de l’artère fémorale :

    docteur urgentiste

    Quelles maladies sont associées à l’artère fémorale:

    Quels tests et diagnostics doivent être effectués pour l’artère fémorale :

    Angiographie de l’artère fémorale

    Êtes-vous inquiet de quelque chose? Voulez-vous en savoir plus sur l’artère fémorale ou avez-vous besoin d’un examen ? Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin – la clinique Euro lab est toujours à votre service ! Les meilleurs médecins vous examineront, vous conseilleront, vous apporteront l’assistance nécessaire et établiront un diagnostic. Vous pouvez également appeler un médecin à domicile . Euro lab clinic est ouvert pour vous 24h/24.

    Comment contacter la clinique :
    Téléphone de notre clinique à Kiev : (+38 044) 206-20-00 (multicanal). Le secrétaire de la clinique choisira un jour et une heure qui vous conviendront pour vous rendre chez le médecin. Notre emplacement et nos directions sont listés ici. Regardez plus en détail tous les services de la clinique sur sa page personnelle.

    (+38 044) 206-20-00

    Si vous avez déjà effectué des études, assurez-vous de prendre leurs résultats pour une consultation avec un médecin. Si les études ne sont pas terminées, nous ferons le nécessaire dans notre clinique ou avec nos collègues d’autres cliniques.

    Vous devez faire très attention à votre état de santé général. Il existe de nombreuses maladies qui, au début, ne se manifestent pas dans notre corps, mais au final, il s’avère qu’il est malheureusement trop tard pour les traiter. Pour ce faire, il est simplement nécessaire d’ être examiné par un médecin plusieurs fois par an afin non seulement de prévenir une terrible maladie, mais également de maintenir un esprit sain dans le corps et le corps dans son ensemble.

    Si vous souhaitez poser une question à un médecin, utilisez la section de consultation en ligne, peut-être y trouverez-vous des réponses à vos questions et lirez des conseils d’auto-soins . Si vous êtes intéressé par les avis sur les cliniques et les médecins, essayez de trouver les informations dont vous avez besoin sur le forum. Inscrivez-vous également sur le portail médical Euro lab pour être constamment au courant des dernières actualités et mises à jour d’informations sur l’artère fémorale sur le site, qui seront automatiquement envoyées à votre adresse e-mail.

    Autres termes anatomiques commençant par la lettre “B”:

    Pouce
    Ligne blanche de l’abdomen
    Hanche
    Bronches
    Écureuils
    Fémur
    Tibia
    Sourcils
    Tympan
    Grandes lèvres
    bactéries
    Annulaire
    glandes bulbo-urétrales
    glandes de bartholin
    Aorte abdominale
    Ventricules latéraux du cerveau
    Matière blanche des hémisphères cérébraux
    nerf fémoral
    nerf tibial
    Nerf vague (X)
    Nerf trochléaire (IV)
    Biceps (biceps brachial)
    canal fémoral
    Abdomen
    Péritoine
    mésentère

    Si vous êtes intéressé par d’autres organes et parties du corps humain, ou si vous avez d’autres questions ou suggestions, écrivez-nous, nous essaierons certainement de vous aider.

    Pontage fémoro-poplité

    Un pontage fémoro-poplité est une intervention chirurgicale ouverte pour créer un pontage pour le flux sanguin en cas d’obstruction de l’artère fémorale de la jambe. L’opération est indiquée en cas d’ischémie critique et de menace de perte de membre, mais parfois pour limiter la claudication intermittente, si le patient ne dispose pas d’une distance de marche suffisante pour la vie quotidienne. L’opération consiste à connecter un shunt (vaisseau artificiel) à l’artère fémorale commune dans l’aine et à le faire passer dans la section praticable de l’artère poplitée au-dessus ou au-dessous de l’articulation du genou. Un pontage fémoro-poplité peut être réalisé avec une prothèse artificielle ou avec la propre veine du patient. L’opération dure généralement environ 60 minutes et est réalisée sous anesthésie péridurale ou rachidienne. L’opération nécessite au moins deux incisions chirurgicales. L’efficacité de fonctionnement est élevée. Lorsqu’il est utilisé comme indiqué, la perméabilité du shunt est de 80 % en 5 ans.

    Avantages du Centre Vasculaire Innovant

    La technique du shunt fémoro-poplité dans notre clinique a été élaborée avec une précision de bijoutier. On utilise le plus souvent cette opération comme élément de chirurgie hybride pour les lésions sévères des artères du membre inférieur. Pour améliorer les résultats du traitement des patients présentant des lésions à plusieurs étages, nous utilisons un shunt fémoro-poplité, à travers lequel nous effectuons ensuite une angioplastie et un stenting des artères du tibia. Il n’est pas nécessaire d’effectuer un pontage fémoro-poplité en tant qu’opération indépendante, car avec un blocage isolé de l’artère fémorale, les patients n’ont le plus souvent pas de problèmes graves.

    La particularité de l’opération dans notre clinique est le contrôle échographique obligatoire du flux sanguin pendant l’opération. Si des problèmes sont identifiés dans le fonctionnement du shunt, nous effectuons une angiographie de contraste aux rayons X et pouvons améliorer les résultats de l’intervention à l’aide de l’angioplastie.

    Préparation à un pontage fémoro-poplité

    La préparation à l’opération consiste en un examen spécial, qui permet de déterminer la nature de la lésion vasculaire:

    • Échographie des artères des membres inférieurs
    • MSCT de l’aorte et des artères des membres

    Examen général, qui détermine la comorbidité et les risques de l’opération :

    • Échocardiographie (échographie du cœur)
    • Gastroscopie (EGDS)
    • Radiographie des poumons
    • Complexe d’analyses pour hospitalisation

    Préparation immédiate à l’intervention :

    • Le rasage du champ opératoire de l’aine au tiers moyen de la jambe inférieure est effectué le jour de la chirurgie
    • Ne pas manger après 19h00 la veille de la chirurgie
    • Lavement nettoyant la nuit
    • Pose d’une sonde urinaire (directement sur la table d’opération)

    Soulagement de la douleur pendant la chirurgie

    L’opération peut être réalisée sous anesthésie locale, rachidienne ou péridurale. Dans notre clinique, l’anesthésie péridurale est principalement utilisée, car le cathéter péridural permet un soulagement efficace de la douleur dans la période postopératoire.

    Le cathéter est placé dans la région lombaire à l’aide d’une piqûre d’aiguille spéciale. Une fois le cathéter inséré, une petite quantité d’anesthésique est injectée dans l’espace épidural et le patient parle de ses sentiments. Peu à peu, la dose augmente et la sensibilité dans les jambes est désactivée, puis le mouvement.

    Pendant l’opération, le médecin connecte au patient un moniteur de suivi qui mesure la pression à l’aide d’un brassard sur l’épaule et réalise un ECG en trois dérivations. De plus, un capteur spécial est placé sur le doigt de la main – un oxymètre de pouls, qui mesure l’onde de pouls et la saturation en oxygène du sang (saturation).

    Déroulement de l’opération de pontage fémoro-poplité

    Le patient est installé sur la table d’opération sur le dos. Un rouleau est placé sous le genou de la jambe affectée. Toute la zone de la jambe et de l’aine est traitée avec une solution antiseptique spéciale. Le pied est placé dans une couche spéciale, la région inguinale est également fermée avec une couche.

    L’incision pour évaluer l’artère peut être dans le tiers inférieur de la cuisse (au-dessus du genou) ou immédiatement en dessous de l’articulation du genou, selon la perméabilité de l’une ou l’autre partie de l’artère selon l’examen préliminaire. La longueur de l’incision est généralement de 7 à 10 centimètres.

    Après avoir isolé l’artère, le chirurgien évalue sa densité, la présence de plaques d’athérosclérose, à l’aide d’un test à deux pincettes, le remplissage de l’artère à partir du bas de la jambe est évalué. Si l’artère est reconnue comme apte au shunt, elle est prise sur un support, sinon, elle est attribuée dans une autre zone.

    • Révision de l’artère d’entrée et de l’anastomose proximale (supérieure)

    La prochaine incision est faite dans la région de l’aine. Là, l’artère fémorale commune doit être isolée, ainsi que les branches – profondes et superficielles. Cette section de l’artère est l’endroit où le shunt sera alimenté.

    Si l’artère fémorale commune convient comme vaisseau donneur, elle est serrée avec des pinces vasculaires. Auparavant, une solution d’héparine est administrée par voie intraveineuse. Après avoir serré l’artère, elle est disséquée longitudinalement, de 2 à 3 cm.Une prothèse vasculaire est cousue dans l’incision de l’artère avec une suture torsadée. Immédiatement après avoir été cousu, les pinces sont retirées et la prothèse est remplie de solution saline avec de l’héparine.

    • Réalisation d’un shunt

    L’étape suivante consiste à créer un tunnel sous la peau pour une prothèse vasculaire. Nous essayons d’insérer la prothèse le plus profondément possible, sous les muscles, car en cas d’infection des plaies, elle ne pénètre pas dans la zone infectée.

    • Anastomose distale (fistule inférieure)

    La prothèse est introduite dans la plaie inférieure, où une incision longitudinale est également pratiquée dans l’artère, le flux sanguin des sections sous-jacentes est évalué. La prothèse est cousue avec une suture vasculaire dans la plaie de l’artère. Tous les clamps vasculaires sont retirés et la circulation sanguine est démarrée.

    • Étude de contrôle après reconstruction

    Dans notre clinique, après cela, une échographie peropératoire des artères restaurées est toujours effectuée. Le flux sanguin à travers le shunt et l’artère poplitée, ainsi que le flux sanguin plus près du pied sont évalués. Les tests de clampage du shunt sont obligatoires pour évaluer dans quelle mesure le flux sanguin dans la jambe dépend de ce shunt.

    Si l’échographie de contrôle révèle des problèmes de perméabilité de l’artère dans l’anastomose ou dans les artères en dessous, une résistance élevée le long du pontage, nous effectuons une angiographie aux rayons X pour identifier d’éventuels problèmes. Si une vasoconstriction est détectée, nous effectuons une angioplastie ou un stenting des artères problématiques.

    • Fin de l’opération

    Le saignement des anastomoses est évalué. Si aucun saignement n’est observé, des tubes en silicone spéciaux (drainages) sont installés dans les plaies, qui sont reliés à des poires en plastique. Cela est nécessaire pour éliminer l’accumulation de liquide près des anastomoses et contrôler les saignements éventuels.

    Les plaies du patient sont scellées avec des pansements spéciaux et il est transféré au service pour une observation plus approfondie.

    Le pontage fémoro-poplité est une opération bien établie et les complications sont rares. Cependant, ils se produisent parfois. Nous les avons répartis en plusieurs groupes.

    Complications pendant la chirurgie:

    • Les saignements sont très rares, le plus souvent avec une lésion aiguë de la paroi artérielle avec calcification.
    • Les dommages aux veines profondes sont une complication extrêmement rare associée au maintien d’un support sous une artère avec un processus adhésif prononcé. Conduit à des saignements veineux massifs.
    • Dommages aux nerfs voisins – avec une bonne connaissance de l’anatomie, cela ne se produit pratiquement pas. En conséquence, il peut y avoir une diminution de la sensibilité de la peau de la jambe.
    • Dommages aux vaisseaux lymphatiques – peuvent être observés avec une approche incorrecte du faisceau vasculaire dans la région inguinale, ou avec des interventions répétées à travers le tissu cicatriciel.
    • Choc hémorragique – peut survenir avec des saignements pendant la chirurgie.
    • L’infarctus du myocarde est une complication rare observée chez les patients présentant une coronaropathie sévère initiale.
    • Saignement dans la période postopératoire – survient le plus souvent le premier jour après la chirurgie, par conséquent, un drainage est installé pour le contrôler.
    • Lymphorrhée ou lymphocèle – écoulement de liquide lymphatique d’une plaie postopératoire ou son accumulation dans le tissu sous-cutané. La correction nécessite des ponctions d’accumulations de liquide ou des pansements soigneux. Passe progressivement de lui-même.
    • Lymphœdème – il peut y avoir une augmentation du volume de la jambe de plusieurs centimètres. Passe dans les 2-3 mois.
    • Suppuration de la prothèse à la fin de la période postopératoire – peut survenir en raison d’une mauvaise cicatrisation de la plaie et si une infection pénètre dans la prothèse vasculaire. La complication est très dangereuse et lourde de complications supplémentaires. S’il est détecté, il nécessite le retrait de la prothèse vasculaire et une chirurgie vasculaire répétée pour rétablir le flux sanguin.

    Résultats et suivi après pontage fémoro-poplité

    Si l’opération est effectuée selon des indications strictes, ses résultats sont très bons. Plus de 80 % des shunts fémoro-poplités fonctionnent dans les 5 ans. Si la fermeture de ce shunt se développe progressivement, le corps compense le flux sanguin contournant ce segment et le patient peut ne pas sentir que le shunt a cessé de fonctionner.

    Des complications secondaires après shunt fémoro-poplité se développent chez 10 % des patients. La plus fréquente est la thrombose de shunt précoce. Un tel résultat se produit avec une sous-estimation de l’état du lit vasculaire par le chirurgien opérant, ou avec une violation de la prise de médicaments antithrombotiques. Pour prévenir cette complication, l’état du shunt est régulièrement contrôlé par ultrasons.

    Une thrombose de shunt précoce peut entraîner le développement d’une ischémie critique ou d’une gangrène. Une réintervention rapide vous permet de sauver la jambe et d’éviter l’amputation.

    Une exploitation efficace et durable du shunt fémoro-poplité est impossible sans une évaluation détaillée de ses performances. Le plus souvent, un angioscanning ultrasonore des artères du membre opéré est réalisé.

    Le premier examen après la sortie doit être effectué un mois après l’opération. L’état des plaies de la cuisse, la présence d’œdèmes et de troubles sensoriels, l’amplitude des mouvements du patient, la distance de marche sans douleur sont évalués. Avec l’échographie des artères, l’état des anastomoses et la vitesse du flux sanguin dans les artères du pied sont évalués.

    Des examens de suivi sont recommandés tous les 6 mois après la chirurgie. Un an plus tard, il est souhaitable d’effectuer une MSCT des artères des membres inférieurs avec contraste. Ou, votre chirurgien vasculaire peut commander cette étude sur la base des résultats d’un examen périodique.

    Pontage aorto-fémoral

    Le pontage aorto-fémoral est une intervention chirurgicale qui implique l’installation d’un pontage – un shunt contournant les artères iliaques bloquées de l’aorte abdominale aux artères fémorales dans la région de l’aine à l’aide d’une prothèse vasculaire artificielle. C’est l’intervention la plus courante sur les vaisseaux des membres inférieurs dans l’athérosclérose.

    La principale indication du pontage aorto-fémoral est l’athérosclérose de l’aorte et des artères iliaques (syndrome de Lerish) avec développement d’une insuffisance circulatoire sévère des extrémités.

    Le shunt aortofémoral unilatéral implique un shunt linéaire de l’aorte à une artère fémorale, et dans le shunt aortofémoral de bifurcation, à deux artères fémorales à l’aide d’un shunt spécial en forme de Y).

    La prothèse aorto-fémorale est utilisée pour le blocage (occlusion) de l’aorte et diffère de la chirurgie de pontage en ce que la prothèse est cousue bout à bout à l’aorte abdominale, ainsi tout le flux sanguin vers les jambes ne passe que par la prothèse. Pendant le shunt, la prothèse est cousue sur le côté de l’aorte et le flux sanguin résiduel à travers les vaisseaux iliaques affectés est préservé.

    Le pontage de la bifurcation aorto-fémorale est très efficace et sûr, mais doit être utilisé avec prudence chez les patients âgés et ceux présentant des comorbidités sévères. Les opérations sur l’aorte abdominale présentent un faible risque vital (pas plus de 3%) et préviennent le développement d’une gangrène ischémique chez les patients atteints du syndrome de Leriche.

    Caractéristiques de l’opération dans le Centre Vasculaire Innovant

    Bien que le pontage aorto-bifémoral soit l’une des opérations vasculaires les plus courantes et qu’il soit pratiqué dans de nombreux services vasculaires, certaines approches sont utilisées dans notre clinique pour améliorer les résultats immédiats et à long terme de l’opération, en particulier dans les cas difficiles.

    Le principal problème dans la réalisation de la BSA reste le caractère traumatique de l’accès et les problèmes postopératoires précoces associés. Dans notre clinique, pour réaliser un pontage aorto-fémoral, une approche rétropéritonéale est utilisée, sans ouvrir la cavité abdominale. Cela permet d’effectuer des opérations sous anesthésie péridurale sans anesthésie générale et assure une période postopératoire confortable.

    Pour réaliser des interventions répétées sur l’aorte en cas de suppuration des prothèses vasculaires ou de thrombose, nos chirurgiens peuvent utiliser l’accès à l’aorte thoracique par un abord latéral étendu gauche. Cette approche a permis d’opérer des patients qui ont été refusés par toutes les autres cliniques.

    Une autre caractéristique importante du traitement chirurgical dans notre clinique est la possibilité d’une angiographie pendant la chirurgie. Nous effectuons toujours une étude de contraste après un pontage aorto-fémoral afin d’évaluer l’exactitude hémodynamique de la reconstruction vasculaire et d’identifier les problèmes éventuels. Cette approche vous permet d’augmenter la possibilité de l’opération et d’améliorer les résultats immédiats.

    L’utilisation de l’angiographie peropératoire permet d’opérer des patients présentant une calcification sévère de l’aorte abdominale, ce qui ne permet pas l’utilisation des méthodes classiques de clampage vasculaire. Pour contrôler le saignement, nous appliquons le gonflage d’un ballonnet spécial dans l’aorte, ce qui permet de bloquer le flux sanguin pendant que la prothèse vasculaire est suturée à l’aorte. Le ballon est passé par l’accès sur le bras. La même technique permet d’opérer avec succès les anévrysmes rompus de l’aorte abdominale.

    Les résultats de la chirurgie de pontage aorto-fémoral dans notre clinique sont très bons. Le succès du traitement est atteint chez 97% des patients présentant des lésions du segment aortoiliaque.

    Préparation préopératoire

    Avant l’opération, un examen complet de tous les pools vasculaires est nécessaire. Si des ulcères ou des érosions de l’estomac sont détectés, un traitement préliminaire est effectué. L’hygiène bucco-dentaire doit être pratiquée.

    La clarification de l’image des lésions vasculaires est obtenue à l’aide de l’angiographie informatisée (MSCT). Si des lésions importantes des artères carotides ou coronaires sont détectées, la question de la revascularisation préférentielle de ces pools avant la chirurgie aortique est tranchée. Avant la chirurgie, il est nécessaire de corriger tous les troubles existants du métabolisme des protéines et des électrolytes, pour augmenter le taux d’hémoglobine dans le sang. A la veille de l’opération, il est nécessaire de nettoyer les intestins avec une préparation spéciale et des lavements. Le dîner de la veille de l’opération doit être très léger. Le champ opératoire (ventre, cuisses) est soigneusement débarrassé des poils. Le patient reçoit des sédatifs pour soulager l’anxiété avant la chirurgie.

    Prise en charge de la douleur lors d’un pontage aorto-fémoral

    Dans notre clinique, la chirurgie est généralement réalisée sous anesthésie péridurale. Un cathéter spécial est installé dans le dos, à travers lequel le médicament anesthésique pénètre. Une anesthésie complète et une relaxation musculaire pour l’accès rétropéritonéal sont réalisées. Aux fins de sédation (sédation), le patient reçoit des sédatifs légers. Lors des opérations sur l’aorte thoracique, une anesthésie générale est utilisée. L’anesthésiste surveille en permanence la pression artérielle, la saturation en oxygène du sang. Pour une administration adéquate des médicaments, un cathéter veineux sous-clavier est installé chez le patient. La vessie est drainée avec un cathéter pour surveiller la fonction rénale.

    Options de pontage aorto-fémoral

    Le pontage aorto-fémoral peut être réalisé de deux manières :

    • Pontage aorto-fémoral bilatéral (aorto-bifémoral). Cette option consiste à rétablir le flux sanguin dans les deux jambes lorsque les deux artères iliaques sont bloquées. La branche principale de la prothèse est suturée à l’aorte, les branches de la prothèse sont suturées aux artères fémorales. 3 accès sont réalisés dont deux dans les deux régions inguinales, un grand du côté gauche.
    • Pontage aorto-fémoral unilatéral – est réalisé lorsqu’une des artères iliaques est bloquée. En conséquence, seuls deux accès sont nécessaires. L’un est réalisé dans la région inguinale sur une jambe douloureuse, l’autre du côté gauche jusqu’à l’aorte.

    Pour le succès de l’opération, il est nécessaire d’assurer une bonne évacuation du sang de la prothèse, parfois les artères de la cuisse sont sévèrement atteintes. Dans ces cas, notre clinique utilise des méthodes de shunt à deux étages, lorsqu’une connexion est créée dans la région inguinale entre la prothèse et l’artère la plus appropriée, après quoi un shunt est lancé plus loin de la prothèse de la grande veine saphène aux artères sous-jacentes sur la jambe. Ainsi, le flux sanguin provenant de la prothèse est réparti dans toute la jambe et il n’y a pas de stagnation du sang entraînant une thrombose et un blocage de la prothèse. Avec de graves dommages aux artères de l’aine, il est possible de réaliser des prothèses de l’artère fémorale. Cela a permis de rétablir le flux sanguin dans un mauvais état du lit vasculaire périphérique.

    Avancement du pontage aorto-fémoral

    Dans notre clinique, l’approche chirurgicale privilégiée est l’incision rétropéritonéale de Rob, qui présente des avantages significatifs par rapport à la laparotomie traditionnelle (accès par la cavité abdominale). Lors de l’accès par Rob, les nerfs lombaires ne sont pas endommagés et les intestins ne sont pas blessés. Cela vous permet de commencer à nourrir les patients dès le lendemain de l’opération, et un jour plus tard, vous pouvez déjà sortir du lit.

    Après avoir isolé l’aorte abdominale, le degré de ses dommages par le processus athéroscléreux est évalué. L’intervention consiste à isoler l’aorte au-dessus du siège de la lésion par une incision sur la paroi latérale de l’abdomen et les artères fémorales en haut des cuisses. Un vaisseau artificiel en matière plastique inerte qui ne provoque pas de réaction dans les tissus environnants est cousu dans la zone de l’aorte exempte de plaques. Puis les branches de cette prothèse vasculaire sont amenées jusqu’aux artères fémorales et suturées dans des zones indemnes de lésions. Ainsi, la zone obstruée est contournée et le sang pénètre facilement dans les jambes.

    Complications possibles de la chirurgie de pontage aorto-fémoral

    La chirurgie de l’aorte abdominale est une intervention chirurgicale majeure. La définition correcte des indications peut réduire le risque d’un résultat défavorable de l’opération. La mortalité après les opérations de reconstruction du segment artériel aorto-iliaque-fémoral est d’environ 3 %. Les principales complications du pontage aorto-fémoral :

    • Saignement pendant ou après la chirurgie

    Le saignement est la complication la plus dangereuse, car l’aorte abdominale est le plus gros vaisseau du corps et la perte de sang peut être très importante. La cause du saignement est le plus souvent des difficultés techniques lors de l’opération – trop de poids du patient, processus cicatriciels après des interventions antérieures, anatomie vasculaire atypique. Tous les saignements qui se produisent pendant l’opération doivent être arrêtés de manière fiable. Le chirurgien ne peut pas fermer la plaie chirurgicale s’il existe le moindre doute sur l’arrêt définitif du saignement. Après l’opération, un drainage est nécessairement laissé pendant une journée, selon lequel la situation avec saignement est contrôlée. Avec une technique chirurgicale appropriée, le risque de saignement lors d’un pontage aorto-fémoral est négligeable.

    • Insuffisance cardiovasculaire

    Chez les patients affaiblis présentant des comorbidités sévères, l’inclusion d’un grand volume du lit vasculaire, qui se produit avec un pontage aorto-fémoral réussi, peut entraîner une augmentation des demandes d’activité du cœur. Le cœur doit pomper plus de sang, ce pour quoi il n’est pas toujours prêt. Pour corriger la faiblesse cardiaque au début de la période postopératoire, des médicaments qui stimulent l’activité cardiaque sont utilisés. Les patients après une chirurgie de pontage aorto-fémoral nécessitent une surveillance intensive dans les 2-3 premiers jours après la chirurgie pour prévenir le développement d’un infarctus du myocarde.

    • L’effet de l’inclusion des membres ischémiques

    Si un pontage aorto-fémoral était pratiqué pour une ischémie critique, les tissus des jambes étaient alors dans un état de semi-vie, les processus de dégradation des protéines, les modifications pré-gangreneuses et gangreneuses commençaient. Le démarrage soudain du sang entraîne le lavage des tissus des produits du métabolisme incomplet, ce qui peut avoir un effet toxique sur le corps. Le plus souvent, cela se manifeste par une modification de l’activité des enzymes hépatiques, des tests rénaux. Il peut y avoir une augmentation de la température corporelle, une augmentation de la respiration et du rythme cardiaque.

    • Thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire

    Le manque de circulation sanguine qui existe depuis longtemps dans les jambes entraîne la formation de caillots sanguins dans les petites et grandes veines des jambes. La restauration de la circulation sanguine peut provoquer une activation du flux sanguin dans les veines et entraîner le «lavage» de petits caillots sanguins lors de leur transfert vers les poumons avec le développement d’une thromboembolie. Pour prévenir cette complication, la nomination d’héparine et l’activation la plus rapide du patient sont utilisées.

    • Formation de congestion lymphatique et de flux lymphatique

    Une complication rare qui se développe lorsque les ganglions lymphatiques de l’aine sont endommagés, lorsque de grandes accumulations de lymphe se forment dans le tissu sous-cutané. La complication est désagréable, mais avec une bonne gestion, à faible risque. Il est nécessaire de percer de manière persistante les accumulations de lymphe, empêchant leur infection. Peu à peu, l’accumulation de lymphe diminuera et le problème sera résolu.

    Une complication qui peut se développer avec une mauvaise technique chirurgicale, des difficultés techniques dans le contexte de processus cicatriciels, une violation des règles d’asepsie, la présence d’un processus infectieux dans les ganglions lymphatiques inguinaux. La suppuration des plaies postopératoires est dangereuse avec possibilité de suppuration des prothèses vasculaires. S’il est superficiel, il doit être drainé immédiatement. Si une prothèse vasculaire est impliquée dans le processus purulent, elle doit être retirée autant que possible et remplacée par une autre, en contournant la plaie purulente. En général, la suppuration des prothèses vasculaires est la complication la plus difficile en chirurgie vasculaire et demande beaucoup de courage et de débrouillardise de la part des chirurgiens en traitement.

    Il se développe généralement soit dans les premiers jours après la chirurgie, soit après quelques mois ou années. La principale cause de thrombose après un pontage aorto-fémoral est une violation de la sortie de sang de la prothèse. Cela se produit avec une sélection inadéquate de la taille de la prothèse par rapport à l’artère de sortie, une sous-estimation du canal de perception. Dans notre clinique, une évaluation échographique obligatoire du flux sanguin à travers le shunt et l’artère de sortie est effectuée. Si une différence entre l’entrée et la sortie est détectée, des méthodes supplémentaires de décharge de shunt sont effectuées. Le plus souvent, ce sont des shunts supplémentaires aux artères de la jambe inférieure. Une thrombose tardive peut se développer en raison du développement de tissu cicatriciel dans les anastomoses des vaisseaux avec une prothèse. Pour détecter un tel rétrécissement, tous les patients après ABBSH doivent subir une échographie de reconstruction vasculaire deux fois par an.

    Période postopératoire

    Après la restauration du flux sanguin direct vers les jambes, les phénomènes d’insuffisance circulatoire sont complètement éliminés. Lors d’un simple examen physique, il est important de déterminer que les jambes deviennent chaudes et légèrement enflées. Au cours des 2-3 premiers jours, la pression artérielle est instable, les patients sont donc sous la surveillance d’un réanimateur. Le deuxième jour, les drains de l’abdomen et des jambes sont retirés. Une bonne nutrition commence à partir du 2ème jour de la période postopératoire. Le soulagement de la douleur est obtenu par anesthésie péridurale, et au jour 3, il n’est généralement plus nécessaire. Se lever est généralement autorisé après 3 jours à compter de la date de la chirurgie. Avec une évolution postopératoire en douceur, les patients sortent généralement entre le 7e et le 9e jour après le pontage aorto-fémoral.

    Prévoir

    Les shunts durent longtemps – 95% passent dans les 5 ans et environ 90% dans les 10 ans. La durée du shunt dépend de l’état général des vaisseaux et du respect par le patient des instructions du médecin. Une observation périodique par le chirurgien opérateur et des examens échographiques de contrôle sont nécessaires. Pour prévenir la progression de l’athérosclérose, un ensemble de mesures sont prises pour réduire le cholestérol et normaliser le métabolisme.

    Programme d’observation

    Des examens répétés par un chirurgien vasculaire et une échographie sont effectués 3 mois après la sortie, puis annuellement. Au cours des examens de suivi, la fonction du shunt, la suffisance du flux sanguin dans les jambes et l’exactitude de la prise par le patient du traitement antithrombotique prescrit sont évaluées.

    Parmi les médicaments, les agents antithrombotiques sont le plus souvent prescrits – Plavix, ticlopidine, aspirine. Parmi les méthodes de physiothérapie, la plus efficace est la marche thérapeutique de 3 à 5 km par jour ou le vélo. Il est important de protéger vos jambes des divers microtraumatismes et écorchures, surtout si vous êtes diabétique.

    La base d’une vie réussie après un pontage aorto-fémoral est l’activité physique, la prise de médicaments antithrombotiques et un examen régulier par le médecin traitant avec surveillance échographique de la fonction de pontage. Si un rétrécissement du shunt est détecté, une correction endovasculaire doit être effectuée. Si vous suivez ces instructions, vous oublierez le risque de gangrène de l’athérosclérose.

    Évaluation de la sclérose de l’artère fémorale à l’aide du Doppler tissulaire chez les patients souffrant d’hypertension

    Le but de cette étude était d’évaluer la sclérose précoce du fémur chez les patients hypertendus en utilisant l’imagerie tissulaire Doppler (TDI).

    Matériels/Méthodes

    Résultats

    La sensibilité diagnostique, l’aire de spécificité sous la courbe (ASC) et le seuil T1 pour le diagnostic précoce de l’artériosclérose fémorale étaient de 56,0 % (IC à 95 % : 41,3 à 70,0 %), 66,0 % (IC à 95 % : 51,2 à 78,8 %) , ASC = 0,54 (IC à 95 % : 0,42–0,66) et 130,5 ms, respectivement. Et il était de 64,0 % (IC à 95 % : 49,2-77,1 %), 62,0 % (IC à 95 % : 47,2-75,4 %), ASC = 0,69 (IC à 95 % : 0,59-0,80) et 214,5 ms, respectivement, pour T2.

    Introduction

    Les principales caractéristiques de l’hypertension comprennent l’athérosclérose et une diminution de l’élasticité de l’artère basilaire. Avec une augmentation prolongée de la pression artérielle avec une modification de la force hémodynamique, l’endothélium est endommagé et provoque l’agrégation des cellules musculaires lisses des vaisseaux de la paroi artérielle, des macrophages et des lymphocytes T.

    Les changements peuvent inclure une hyperplasie des tissus conjonctifs tels que le collagène et les protéoglycanes et les cellules musculaires lisses vasculaires ; réduction des fibres élastiques; diminution de l’élasticité de la paroi vasculaire; augmentation de la rigidité artérielle; et la formation d’athéroplaque calcifiée sur les parois. Les changements et les dysfonctionnements sont à la base pathologique de la survenue de maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires.

    L’affaiblissement de l’élasticité est un indicateur de la spécificité et de la sensibilité des changements dans le vaisseau sanguin à un stade précoce, qui reflète l’état fonctionnel du vaisseau et se produit plus tôt que le changement structurel. L’affaiblissement de l’élasticité des vaisseaux et le diagnostic précoce sont importants pour la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires.

    Les maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires causées par l’athérosclérose sont les principales causes de pathologies chroniques et de mortalité. Par conséquent, la détection et l’intervention précoces sont d’une importance clinique critique pour réduire l’incidence des maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires.

    Actuellement, le diagnostic clinique de l’artériosclérose repose principalement sur les modifications morphologiques et les méthodes disponibles pour l’examen fonctionnel des vaisseaux sanguins ne suffisent pas. Cette étude visait à développer une méthode efficace pour évaluer l’athérosclérose avant l’apparition de changements morphologiques, fournissant une méthode d’imagerie fiable pour la prévention clinique de l’athérosclérose.

    matériel et méthodes

    Les patients

    Cent patients hypertendus ont été recrutés comme participants et traités pendant un an. Cette étude a été approuvée par le comité d’éthique du Tianjin Union Medical Center et conformément à la Déclaration d’Helsinki. Tous les patients ont signé un consentement éclairé écrit.

    Les critères d’inclusion étaient les suivants :

    • patients selon le guide de diagnostic WHO/ISH ;
    • patients âgés de 45 à 65 ans ;
    • patients ayant des antécédents d’hypertension artérielle de 10 à 20 ans.

    Les critères d’exclusion étaient les suivants :

    • patients souffrant d’hypertension artérielle secondaire
    • patients insuffisants rénaux
    • patients présentant un dysfonctionnement thyroïdien ou une maladie métabolique associée
    • patients atteints de diabète
    • patients atteints de maladie du tissu conjonctif.

    Tous les patients ont été examinés par échographie haute fréquence de l’artère fémorale et ont été divisés en 2 groupes en fonction de l’épaisseur de l’intima-média à l’intérieur de l’artère fémorale.

    Le groupe A était le groupe HTA (100 artères fémorales), qui comprenait 50 patients (23 hommes et 27 femmes) âgés de 46 à 65 ans (moyenne 53,3 ± 7,3 ans) avec IMT ≥ 1,0 mm.

    Le groupe B était le groupe d’hypertension (100 artères fémorales), qui comprenait 50 patients (24 hommes et 26 femmes) âgés de 47 à 67 ans (moyenne 54,7 ± 7,4 ans) avec IMT

    En tant que groupe témoin, 50 témoins sains (25 hommes et 25 femmes) âgés de 45 à 65 ans (moyenne 53,0 ± 9,0 ans) ont été sélectionnés en même temps. Les critères d’inclusion pour les témoins sains étaient les participants sans hypertension, hyperlipidémie, diabète, maladie coronarienne ou insuffisance rénale ; ne buvez pas d’alcool et ne fumez pas; tension artérielle dans les limites normales ; et l’échographie à haute fréquence a montré IMT

    Équipement

    Nous avons utilisé un Philips IU22 avec un transducteur S5-1 à 2,5-5 MHz et un transducteur l9-3 à 5-10 MHz.

    Mesure de la pression artérielle

    Les patients devaient se reposer pendant 10 minutes avant de mesurer leur tension artérielle et n’étaient pas autorisés à fumer ou à boire du café pendant 30 minutes. Nous avons précisé qu’une vessie vide était nécessaire.

    Deux mesures ont été prises en continu avec un intervalle de 1-2 minutes, et la valeur moyenne a été obtenue. La mesure a été répétée lorsque les valeurs de pression systolique ou diastolique dans deux mesures différaient de plus de 5 mm Hg. La valeur moyenne de 3 mesures a été enregistrée.

    Mesure intima-média (IMT) de l’artère fémorale

    En position ventrale avec les membres entièrement exposés, le médecin a utilisé un transducteur linéaire pour observer les caractéristiques morphologiques de la paroi vasculaire de l’artère fémorale, telles que l’épaisseur de la paroi. L’épaisseur de l’IMT dans le grand axe de l’artère fémorale (distance entre la première zone d’écho fort et la deuxième zone d’écho formée par la gaine médiane et la gaine externe) (Fig. 1A) a été mesurée en continu 3 fois, en utilisant la moyenne.

    Figure 1 : Examen de l’IMT et de la courbe de mouvement de la paroi postérieure de l’artère fémorale en mode Doppler tissulaire pulsé. Le côté gauche (A) montre un schéma couleur 2D de l’artère fémorale selon son axe, tandis que le côté droit de la figure montre l’artère fémorale, située dans la partie postérieure de la zone d’observation des branches de la veine fémorale, montrant le site de mesure de l’intima-média de l’artère fémorale. Après le blocage de l’artère fémorale distale (B) , la courbe de mouvement 1 de la paroi postérieure du Doppler PW était négative pour le premier pic, tandis que la courbe de mouvement 2 était positive pour le deuxième pic. IMT – épaisseur intima-média.

    Mesure de la courbe de mouvement de la paroi postérieure de l’artère fémorale

    Un brassard de sphygmomanomètre a été placé à l’extrémité distale de l’artère fémorale pour mesurer la pression artérielle, où une barre de mercure indiquait une pression de 10 mmHg. Art. au-dessus de la pression systolique de l’artère fémorale pour bloquer le flux sanguin.

    Le site d’observation était situé sur la paroi postérieure de l’artère fémorale, qui était en face de la branche de la veine fémorale. Le capteur S5-1 a été placé dans une zone verticale pour le balayage. La ligne d’échantillonnage doit être perpendiculaire à la direction du navire et la largeur de la fenêtre d’échantillonnage doit être de 4 mm.

    ENTRETENEZ-VOUS CORRECTEMENT VOTRE APPAREIL À ULTRASONS ?

    Téléchargez maintenant le guide d’entretien

    La courbe de la paroi postérieure de l’artère fémorale a été obtenue par le médecin, et 3 courbes du cycle cardiaque complet ont été enregistrées et stockées sur le disque dur. De plus, les durées des premier et deuxième pics de la courbe de mouvement de la paroi postérieure de l’artère fémorale ont été mesurées au cours d’un cycle cardiaque (Fig. 1B).

    analyses statistiques

    Le logiciel SPSS 17 (SPSS, Inc., Chicago, IL, USA) a été utilisé pour l’analyse statistique. Les données de mesure de la distribution normale ont été exprimées par la moyenne et l’écart type, et 2 groupes A et B ont été comparés au groupe témoin par un test t d’échantillonnage indépendant, et T1 et T2 des trois groupes ont été comparés par analyse de variance. Les données de comptage sont exprimées en fréquence. Différence P

    Comparaison IMT

    Les résultats de l’échographie IMT 300 de l’artère fémorale chez 150 participants à l’étude sont clairement affichés. Dans 100 vaisseaux à ultrasons à haute fréquence de 50 patients du groupe témoin, un endothélium lisse sans plaques attachées a été trouvé. L’épaisseur IMT de l’artère fémorale était de 0,71 ± 0,09 mm.

    Dans 50 cas du groupe A (groupe hypertension, avec IMT ≥ 1,0 mm), 100 vaisseaux avaient un endothélium épaissi, rugueux et non lisse, et des plaques étaient attachées dans la lumière de 46 vaisseaux. L’imagerie de flux Doppler couleur (CDFI) a montré cette partie du remplissage du vaisseau sans constriction. L’épaisseur de l’IMT était de (1,17 ± 0,12) mm.

    L’échographie haute performance de 100 vaisseaux dans 50 cas du groupe B a montré que l’endothélium de l’artère fémorale était lisse et exempt de plaques attachées. CDFI a montré un bon apport sanguin sans perturbation. L’épaisseur de l’IMT était de 0,74 ± 0,11 mm. L’IMT du groupe A était significativement plus élevé que celui du groupe témoin (P < 0,05).

    Durée maximale

    La durée des premier et second pics de la paroi postérieure de l’artère fémorale a été comparée pour 3 groupes après blocage de l’artère fémorale par le flux sanguin distal.

    La durée du premier pic (T1) dans 3 groupes était de 135,6 ± 16,6 ms, 134,5 ± 18,5 et 129,8 ± 12,4 ms, respectivement. Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les trois groupes (F = 1,868, P = 0,158).

    La durée du deuxième pic (T2) était de 234,7 ± 39,8 ms, 209,3 ± 34,9 ms et 169,8 ± 19,5 ms, respectivement, avec des écarts statistiquement significatifs (F = 50,411 P = 0,000).

    Corrélation entre IMT et T1, T2

    Une corrélation positive significative entre T2 et IMT a été trouvée chez les patients hypertendus (r = 0,25, P = 0,01), (Figure 2B). Cependant, T1 et IMT n’étaient pas corrélés (P > 0,05), (Figure 2A).

    Figure 2 : Nuage de points de corrélation de Pearson entre IMT et T1 : T2 (A) : T1 et IMT ; (B) T2 et IMT.

    T1 et T2 comme normes pour évaluer l’athérosclérose de l’artère fémorale

    La sensibilité diagnostique, l’aire de spécificité sous la courbe (ASC) et la valeur seuil T1 pour l’athérosclérose précoce de l’artère fémorale étaient de 56,0 % (IC à 95 % : 41,3 à 70,0 %), 66,0 % (IC à 95 % : 51,2 –78,8%). ASC = 0,54 (IC à 95 % : 0,42 à 0,66) et 130,5 ms, respectivement (figure 3A).

    Elle était de 64,0 % (IC à 95 % : 49,2 à 77,1 %), 62,0 % (IC à 95 % : 47,2 à 75,4 %), ASC = 0,69 (IC à 95 % : 0,59 à 0,80) et 214,5 ms, respectivement, pour T2 (Fig. .3B).

    Figure 3 : La courbe ROC a été utilisée pour estimer T1 et T2 comme référence pour évaluer l’ampleur de l’artériosclérose fémorale précoce : (A) T1 comme référence ; (B) T2 comme référence.

    Discussion

    L’échographie traditionnelle, l’imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie ne déterminent que la structure de la paroi vasculaire, la morphologie et la nature de la plaque, qui ne peuvent fournir que des informations anatomiques et biologiques, mais pas des caractéristiques mécaniques.

    Une autre méthode classique pour déterminer l’élasticité de la paroi artérielle est la détermination de la vitesse de l’onde de pouls (PWV). Malgré sa simplicité et sa facilité d’utilisation, le PWV présente de nombreux inconvénients.

    Premièrement, il n’est pas possible d’obtenir la vraie longueur de l’artère traversée par l’onde de pouls, et il s’agit donc d’une estimation approximative en utilisant la distance au corps.

    Deuxièmement, dans la région, la déformation du vaisseau sanguin et le remplacement de la pression interne dans l’aorte par l’artère brachiale affectent la valeur PWV et conduisent à une déviation.

    En tant que nouvelle technologie, l’imagerie de l’élasticité vasculaire est principalement utilisée pour évaluer la morphologie de l’athérosclérose artérielle et identifier les plaques vulnérables.

    En bloquant le flux sanguin à l’extrémité distale de l’artère fémorale chez les patients souffrant d’hypertension, cette étude a établi un modèle de transformation hémodynamique ; Le test de la courbe de mouvement de la paroi postérieure de l’artère fémorale s’est avéré simple et non invasif. CDFI a montré une bonne perfusion sans dommage et reflétait l’élasticité de la paroi de l’artère fémorale avant le changement de morphologie de la paroi et a ainsi fourni des preuves fiables pour le diagnostic précoce de l’athérosclérose. Des études publiées antérieurement ont montré que l’athérosclérose de l’artère fémorale peut prédire indirectement l’athérosclérose coronarienne et peut être plus sensible et précise que d’autres vaisseaux périphériques.

    L’imagerie tissulaire Doppler (TDI) a démontré une grande sensibilité pour l’évaluation fonctionnelle du myocarde et une bonne résolution dans le temps et dans l’espace. Le Doppler tissulaire peut détecter un mouvement important à basse vitesse et peut être utile pour détecter le mouvement de la paroi de l’artère fémorale à tout moment du cycle cardiaque, reflétant de manière réaliste l’état de mouvement de la paroi du vaisseau in vivo.

    De plus, il peut évaluer intuitivement l’élasticité de l’artère, et il est également pratique et faisable de mesurer le mouvement de l’artère fémorale. Après que le flux sanguin à l’extrémité distale de l’artère fémorale ait été bloqué dans cette étude, la résistance au flux sanguin et sa pression latérale sur la paroi du vaisseau ont augmenté. Le degré de mouvement de la paroi vasculaire a augmenté et la courbe de mouvement de la paroi de l’artère fémorale est devenue plus claire et plus facile à mesurer, ce qui a réduit la déviation.

    Le premier pic de la courbe de mouvement de l’artère fémorale postérieure mesuré par PW-TDI était négatif, tandis que le second pic et son mécanisme étaient positifs. Le premier pic a été formé par le flux sanguin rapide du cœur à la pression latérale de la paroi de l’artère fémorale, la conformité de la vasodilatation et le recul élastique de l’artère fémorale. La force active était créée par le flux sanguin cardiaque et ne reflétait pas l’auto-élasticité du vaisseau.

    Aucune différence significative n’a été trouvée dans la durée du premier pic entre les 3 groupes de cette étude. Après que la pression dans la cavité artérielle diastolique cardiaque ait chuté brusquement, l’élasticité de la paroi artérielle en position bloquée a diminué et le flux sanguin est devenu à grande vitesse.

    La pression latérale sur la paroi du vaisseau du côté du flux sanguin, la compliance de l’artère fémorale et le recul élastique ont donné le deuxième pic. La force agissante était le recul élastique de l’artère fémorale. Plus la compliance des vaisseaux et l’élasticité des artères sont mauvaises, plus l’onde est longue ; à l’inverse, meilleure est la compliance et l’élasticité de l’artère, plus la durée est courte.

    Une comparaison des trois groupes IMT a montré que l’IMT dans le groupe A était significativement plus élevé que dans le groupe témoin, tandis que l’IMT dans le groupe B n’était pas significativement différent de celui du groupe témoin.

    Cependant, des différences significatives ont été trouvées dans la durée du deuxième pic de la forme d’onde de l’artère fémorale postérieure des participants. Ce résultat suggère que la fonction d’élasticité de la paroi vasculaire avait déjà diminué avant que l’IMT de l’artère fémorale ne s’épaississe.

    Pendant ce temps, la sclérose précoce de l’artère fémorale a été évaluée sur la base de la courbe ROC en utilisant T1 et T2 comme références. L’aire ROC sous la courbe (AUC) en utilisant T1 et T2 comme repères pour évaluer la sclérose précoce de l’artère fémorale était AUC = 0,54 et AUC = 0,69, respectivement.

    La valeur AUC pour T2 était comparativement plus élevée que pour T1, ce qui indique que l’imagerie Doppler peut être un indicateur efficace pour évaluer la sclérose précoce de l’artère fémorale avant que l’IMT de l’artère fémorale ne change.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *